top of page
Rechercher
  • marine-maubec

A bord de la Vérité en 1919

Ces photos sont issues de la collection de l'ECPAD ; elles ont été prises au Pirée. Elles nous présentent l'état-major et les maîtres de ce cuirassé de type République, mis en service en 1908, mais qui va, peu de temps après la prise des clichés – il fait alors partie de la division d'Orient et est détaché à Moudros –, être mis en réserve en septembre 1919, car totalement dépassé. Ce type de bâtiment n'était encore qu'un pré-dreadnought...

La première photo présente les officiers supérieurs de divers corps ; le noir et blanc ne permet pas d'en dire plus, sur les parements qui entourent les galons... Le commandant ne figure pas parmi ces officiers car nous n'y voyons aucun capitaine de vaisseau. Nous pouvons mesurer les restrictions de fin et de sortie de guerre liées à l'habillement. Trois officiers à cinq galons panachés portent la casquette de mer adoptée en 1913, dont les galons n'apparaissent que sous une forme réduite dans un petit écusson ovale de l'étoffe caractéristique du corps d'appartenance de son propriétaire. Pour une photo, ces officiers auraient pu mettre leur casquette "normale"... Mais sans doute n'en ont-ils pas d'autre, alors que le capitaine de frégate central porte une chemise blanche à col à coins cassés dont le port paraît décalé avec le veston. L'un des trois, à droite, porte même des galons de taille réduite au bas des manches de son veston, disposition que l'on trouve plus souvent chez les officiers-mariniers, mais néanmoins également adoptée pour les officiers en 1917. Pour les premiers, du fait de la pénurie de matière, la taille réduite va potentiellement durer jusqu'en 1923 !

Remarquons également que le veston à coupe croisée, inspiré de celui des officiers de la Royal Navy, n'est pas encore arrivé sur la Vérité, à moins que la photo ait été prise avant le 1er avril 1919, date limite du changement de veston adopté un an auparavant. Toutefois, ce délai paraît bien court, surtout pour un bâtiment basé hors métropole...

Nous distinguons un aumônier parmi les officiers supérieurs, alors qu'il ne reçoit en principe qu'un traitement de lieutenant de vaisseau (les officiers subalternes sont-ils trop turbulents ?). La République, après avoir débarqué les officiers du culte, suite à la loi de séparation de l'Église et de l'État, a dû consentir dès août 1914 à leur rembarquement pour assurer le soutien spirituel des marins...

La deuxième photo présente des officiers subalternes, avec casquette de mer ou casquette blanche "normale". Nombre d'entre eux portent des chevrons en haut de la manche gauche qui indiquent leur temps de présence sur un théâtre d'opération (1er chevron pour un an, chaque chevron suivant valant six mois supplémentaire).

Pour cette séance de photo, les maîtres des différentes spécialités du bord, ici des premiers maîtres et peut-être des maîtres principaux, grade créé en 1917, ce sont mis sur leur 31. Tous sont en grande tenue sans sabre : la redingote y remplace le veston.


35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2 Post
bottom of page