top of page
Rechercher
  • marine-maubec

Concertation entre alliés à Malte en juillet 1939

Le vice-amiral d'escadre Ollive a pris le commandement de la flotte de la Méditerranée et de la deuxième escadre le 1er juillet 1939. Depuis le printemps, la guerre paraît inéluctable. Comme avant le premier conflit mondial, les alliés franco-britanniques se concertent en vue des opérations à venir. C'est dans ce cadre que l'amiral Ollive se rend en escale à Malte le 27 juillet, à bord du cuirassé Provence, portant sa marque, lequel est accompagné par les trois bâtiments de la cinquième division de contre-torpilleurs (Chevalier Paul, Vauquelin, Tartu) commandée par le capitaine de vaisseau Chomel de Jarnieu.

Le VAE Ollive rencontre toutes les autorités britanniques à l'occasion de cette escale de trois jours. Sur les clichés ci-dessous il les accueille à bord : le géneral Sir Charles Bonham-Carter, gouverneur de l'île, le vice-amiral Cunningham, commandant de la Mediterranean Fleet, et l'air commodore Robert Leckie, commandant de la RAF Mediterranean.

Verrou au centre de la Méditerranée, l'île de Malte était alors assez mal pourvue en moyen de défense, sauf les bâtiments en escale de la Mediterranean Fleet.

On notera la meilleure apparence vestimentaire des Britanniques, dont le veston est à col fermé "officier". On appréciera le casque colonial à plumet.

Le sujet de la coupe du veston blanc de la marine nationale est évoqué régulièrement... Pas très seyant, peu pratique, car il impose le port de la chemise et de la cravate, il n'a pas les faveurs du personnel aujourd'hui. Un col officier serait plus élégant et éviterait le port de la chemise, épaisseur supplémentaire inutile lorsque les températures sont élevées. Mais ces dernières années, l'état-major a toujours renoncé à un changement de coupe, estimant que ce remplacement constituerait une dépense inutile. Pourtant cette coupe a été modifié au cours des vingt dernières années puisque le veston blanc a désormais des fausses poches... et – on ne sait pourquoi – trois petits boutons au bas de chaque manche. Or les parements du veston blanc n'ont jamais été ouverts et n'ont donc jamais eu besoin de boutons...

Rappelons tout de même que le premier modèle de veston blanc de la marine française fut adopté en 1889. D'abord à col fermé rabattu, il fut transformé à col fermé et droit – le col "officier" – en 1891. Le veston à col ouvert a été adopté en 1926.

En arrivant à La Valette, La Provence a salué au canon. C'est le cuirassé Warspite qui lui a répondu.

Merci à M. Bernard Ollive, petit-fils de l'amiral, pour le partage de ces photos.

43 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2 Post
bottom of page