Rechercher
  • marine-maubec

Exercice de débarquement au Lavandou en 1928

Ces photos ne sont pas directement en lien avec les sujets que nous commentons habituellement, mais nous ne résistons pas à l'envie de les partager.

Nous sommes en 1928, 16 ans avant le jour J. Le décalage entre ces photos et les images que nous avons du débarquement en Normandie est colossal. Certes il s'agit ici d'un exercice qui paraît purement technique, sans parti d'opposition, et sans doute faut-il le considérer comme tel. Débarquent cependant de vrais moyens, comme des chars FT17, sans doute déjà largement dépassés après avoir contribué à la victoire de 1918, mais aussi des mules... L'armée français, encore réputée comme la meilleure du monde est loin de la "force mécanique" et va s'endormir au plan conceptuel. Ce décalage permet de prendre conscience de l'amélioration immense apportée aux opérations amphibies dans les premières années de la Deuxième Guerre mondiale. Les Américains ont su tirer parti des premiers débarquements, à Guadalcanal et en Afrique du Nord. Pour ce dernier, face à une armée française d'Afrique affaiblie et partiellement désarmée, surveillée par les Commissions d'armistice allemande et italienne, les débarquements des 8 et 9 novembre 1942 ont pourtant semble-t-il été très difficiles en certains endroits.

Sur la dernière photo ci-dessous, nous voyons le vice-amiral Durand-Viel, alors commandant en chef de la 1re escadre, et le contre-amiral Berthelot, alors sous ses ordres directs comme commandant de la 2e division de ligne.

Les deux officiers généraux, conversant en observant le déroulement de l'exercice, sont coiffés de la casquette à écusson frontal, ce qui tendrait à prouver que ce modèle de casquette a été porté avant son adoption réglementaire, le 28 décembre 1928, alors que l'écusson frontal avait été adopté pour les officiers subalternes et supérieurs le 22 septembre 1927. Tout cela à moins que les photos aient été prises après 1928...

17 vues1 commentaire