Rechercher
  • marine-maubec

L'uniforme du lieutenant de frégate selon l'ordonnance de 1764

Monsieur Pierre-Lair Frémont, amateur d'histoire maritime et lui-même auteur (Quillebeuf, verrou historique de la Basse-Seine, éditions Le Méandre, 2021), nous a questionnés sur l'uniforme qu'a dû porter l'un de ses ancêtres, Pierre Frémont (1758 - 1794), lieutenant de frégate en 1778.

Pierre Frémont embarque pour la première fois sur une galiote en 1768 armée par son père. Comme tout inscrit maritime, il embarque plusieurs fois sur les navires de la marine royale, la première en 1774 comme simple matelot sur une flûte ; la fois suivante, après avoir gravi les échelon dans la marine de commerce, comme lieutenant à bord de la frégate La Migonne en 1778. Cette année-là, il obtient son brevet de lieutenant de frégate.

Rappelons que suivant les termes de l'ordonnance du 14 septembre 1764, "les grades de capitaine de brûlot et de lieutenant de frégate sont accordés à ceux des capitaines des bâtiments marchands ou des corsaires, qui, indépendamment d'une expérience reconnue dans la navigation, ont fait quelque action d'éclat à la guerre." Frémont s'est donc distingué.

Pour déterminer l'uniforme d'un lieutenant de frégate à cette époque, il faut se référer à cette même ordonnance qui prévoit "un habit et une veste bordés d'un galon d'or de huit lignes [soit approximativement 20 mm], un seul galon sur les manches de l'habit". Nous référant aux assimilations de grade avec l'armée de terre définies par l'ordonnance du 25 mars 1765, nous posons que le lieutenant de frégate est au même niveau que le capitaine de flûte. On peut donc penser qu'ils partagent sensiblement le même uniforme. Or, de cet uniforme de capitaine de flûte, nous avons peu ou prou deux représentations. La première est celle figurant dans le magnifique ouvrage de Boudriot / Pétard. Mais nous avons ici un capitaine de brûlot qui lui a droit à un galon de 27 mm le long de la veste et de l'habit et un double galon sur les manches. Cet uniforme est proche de celui du lieutenant de frégate, sauf que ce dernier n'a qu'un galon de 20 mm le long de la veste et de l'habit et sur les manches.

La deuxième représentation, qui n'est pas excellente, car Valmont représente un capitaine de flûte seulement en arrière-plan, nous montre ce dernier avec un seul galon, comme cela est le cas pour le lieutenant de frégate auquel il est assimilé.

De ces deux représentations, nous pouvons déduire l'aspect général du lieutenant de frégate Pierre Frémont en 1778.

Capitaine au long cours, Frémont participe aux Antilles à des actions d'éclat saluées par la Convention en 1793, laquelle le promeut lieutenant de vaisseau et lui attribue le commandement de la frégate Thétis. En 1794, compte tenu de ses qualités reconnues, mais bénéficiant des conditions exceptionnelles d'avancement en cette période troublée, qui est bien décrite dans notre dernier ouvrage "Les marins français. 1789 - 1830", il est promu capitaine de vaisseau. Il meurt à la Guadeloupe, lors des opérations destinées à libérer l'île des Anglais qui l'avaient prise.

3 vues0 commentaire