Rechercher
  • marine-maubec

Le fabuleux portrait d'un directeur du service de santé sous le Second Empire

La reproduction de ce tableau publié cette semaine par Madame Sophie Muffat, historienne de l'Empire et de la marine, une oeuvre qui appartient aux collections du musée de l'école de médecine navale de Rochefort et n'est pas d'une qualité exceptionnelle. Pour autant, le sujet l'est un peu pour qu'on s'y arrête.

Car les rares photographies d'officiers généraux ou de hauts fonctionnaires de la marine sous le Second Empire ne rendent pas bien compte des couleurs adoptées pour les uniformes. Le drap bleu de la marine, décrit au cours du temps comme "bleu-de-roi" ou bleu "national" (et plus tard bleu "Louise", mais il sera alors plus clair) est très sombre et apparaît donc noir sur les clichés. Quant à l'étoffe et à la couleur distinctives du corps des parements et du collet, il est quasi-impossible d'en déterminer la nature, au-delà d'une classification subjective du type "clair" ou "foncé".

Or voici le portrait d'un médecin sous le Second Empire, corps distingué par la couleur cramoisie des parements et du collet. Au cours de cette période la croix de commandeur de la Légion d'honneur "couronnée" est compatible avec le riche habit brodé de grande tenue ; à partir de 1870 la couronne ne sera plus de mise !

Rappelons que les hauts fonctionnaires recevant par décret ce luxueux habit le 29 janvier 1853 sont ceux des corps suivants : génie maritime, ingénieurs hydrographes, commissariat, inspection de la marine, trésorier des Invalides, officiers de santé. Et ils sont majoritaires a avoir pour étoffe des parements et du collet un tissu foncé : velours noir pour les deux premiers corps, drap bleu pour les trois suivants. Seuls se distinguent par une couleur plus claire les médecins (velours cramoisi) et les pharmaciens (velours vert clair).

Nous sommes ici en présence d’un directeur du service de santé après 1854, année de la création de ce grade (décret du 25 mars). Les bords de la broderie de poitrine sont constitués d’une simple baguette et d’un câble, alors qu'un inspecteur général du service de santé serait distingué par une baguette dentelée et un câble (décret du 9 mai 1854). Le directeur reçoit une assimilation entre le capitaine de vaisseau et le contre-amiral.

Il s’agit du directeur du service de santé Amédée Lefèvre, directeur à Brest depuis 1854 et promu commandeur de la Légion d’honneur par décret impérial du 10 août 1858. Ce portrait est donc postérieur à cette date.

2 vues0 commentaire