Rechercher
  • marine-maubec

Le Président de la République monte à bord !

Les clichés ci-dessous sont issus du fonds de la BNF.

A l'occasion de la revue navale du 3 juillet 1928 au Havre, le Président de la République Gaston Doumergue est accueilli à bord du croiseur-cuirassé Jeanne d'Arc, admis au service actif en 1899 mais qui va alors prochainement être retiré du service. Il est accompagné du ministre de la Marine Georges Leygues, ce dernier ayant à ses côtés le capitaine de vaisseau Darlan, chef-adjoint de son cabinet militaire.

Comme le prévoit le cérémonial alors en vigueur (décret du 22 juin 1909), lorsque le Président monte à bord d’un bâtiment, l’officier général commandant en chef et le commandant le reçoivent au pied de l’escalier extérieur de la coupée de mer (mouillage) ou de la coupée (quai) et l’accompagnent jusqu’à son départ. Les officiers d’état-major, si le bâtiment porte une marque distinctive, et ceux du bâtiment se tiennent près de la coupée et font le salut militaire. L’équipage est rangé sur le pont. La garde rend les honneurs avec les sonneries réglementaires ("Aux champs"), la musique joue l’hymne national. Le pavillon du Président est arboré au grand mât. Il est salué par les autres bâtiments de 7 cris de « Vive la République ».

Ici, la garde présente les armes. Les officiers de l'état-major de la Jeanne d'Arc ont été rassemblés sur la plage arrière ; ils sont présentés par leur commandant ; tous sont en tenue dite "provisoire de cérémonie", selon le décret de 1923, qui comprend la redingote et le chapeau monté (bicorne). Les officiers élèves sont rangés à tribord ; eux sont en tenue n°1, avec la redingote et la casquette. Notons que cette dernière est depuis peu ornée d'un écusson brodé amovible (modèle adopté en 1927). Nous relevons une anomalie : en principe, en tenue n°1, donc avec la casquette, le ceinturon porté devrait être le noir... D'ailleurs, pourquoi les officiers élèves ne portent-ils pas eux aussi le bicorne ?

On constate qu'à la gauche de ce bloc d'enseignes de vaisseau de 2e classe figure un officier étranger, reconnaissable au port de la dague, ce qui montre que l'embarquement d'officiers élèves étrangers pour la campagne d'application, toujours pratiqué aujourd'hui, est une tradition ancienne.

On voit émerger une plume blanche à proximité du Président de la République. Il doit s'agir du bicorne du vice-amiral Docteur, commandant en chef de la première escadre, sous les ordres duquel ont été placées les forces qui vont être passées en revue.

Trois personnages attirent l'attention : le hallebardier de l'amiral d'une part, un officiel avec un bicorne à plume blanche et habit brodé – sans doute un préfet –, et un officiel avec casquette, redingote et pantalon à bande d'or qui n'est pas marin (il est en tête du cortège sur la deuxième photographie, portant sans doute une cape sous le bras). Nous ne sommes pas parvenus à identifier son corps, sa fonction.

Sur la deuxième photographie, on constate que les quartiers-maître et matelots portent le bonnet avec jugulaire sous le menton, alors qu'ils sont sans armes, ce qui est étrange, sauf vent particulièrement turbulent, mais alors quid des bicornes et des casquettes ? A droite du bloc le plus proche, un maître et un premier maître portent le bicorne et la redingote ; celle-ci est à col fermé, alors que celle des officiers est à col ouvert depuis 1926.

La dernière photographie ci-dessous ne manque pas d'intérêt. Le Président a embarqué à bord du contre-torpilleur Jaguar pour passer en revue les bâtiments rassemblés au mouillage. Nous notons ici que la jugulaire n'est pas au menton des quartiers-maîtres et matelots, mais surtout que le ruban des bonnets comporte encore les deux ancres dorées diamant contre diamant. Ce type de ruban, sur lequel le nom du bâtiment et les ancres sont peintes en or, a déjà réglementairement disparu, au profit du ruban sur lequel le seul nom du navire est désormais tissé.

Pris de la plage avant, le cliché ne nous permet pas de voir le pavillon du Président de la République, aux initiales GD, hissé au grand mât (sur ces bâtiments, à l'arrière).

Près de 100 ans après, ces magnifiques photos font rêver, avec ces autorités politiques en chapeau haut-de-forme et ces officiers de marine en chapeau bicorne...

44 vues0 commentaire