Rechercher
  • marine-maubec

Un élève de 1re classe au début de la Restauration ?

Pour faire suite au post précédent, nous présentons ici la photo d'une miniature que nous a envoyé M. Jean-Marc Dury et que nous avons gardé jusque-là en réserve car elle nous laissait perplexe...

Une journée d'échanges et de recherches ont pu dissiper quelques doutes, mais cet officier, qui ne possède aucune broderie au collet de son habit et dont le corps des épaulette et contre-épaulette est en grande partie bleu, interroge.

Si l'on se réfère aux conclusions tirées des échanges et recherches évoqués plus haut, il s'agirait d'un élève de 1re classe à partir de 1816. L'ordonnance du 1er juillet 1814 a en effet, en principe, transformé les aspirants en élèves, pour revenir à la dénomination en vigueur à la fin de l'Ancien Régime. 1816, car c'est au cours de cette année que le bouton à l'ancre étalinguée fait son apparition.

Mais là encore, apparemment, quelque chose ne colle pas, à moins que...

L'ordonnance du Roi qui crée le Collège royal de marine le 31 janvier 1816 ne prévoit pas d'épaulettes pour les élèves de 1re classe et celle du 31 octobre 1819 précise que l'uniforme des élèves reste fixé comme déterminé en 1816 et que les élèves embarqués portent des trèfles.

Devant cette nouvelle énigme, nous tentons une hypothèse : cet élève de 1re classe est un ancien aspirant de 1re classe sous l'Empire, qui n'a pas encore été promu enseigne de vaisseau à la date du portrait ; il ne s'agit donc pas d'un élève du collège d'Angoulême et ne peut donc être astreint au port de l'uniforme qui est attaché à cet établissement...

Cette hypothèse paraît confortée par M. Daniel Studer : cet officier serait Elie-Simon Joannin, répertorié sur la liste de l'État général de la marine de 1813, et nommé aspirant de 1re classe le 19 décembre 1811. Mais il n'aurait été promu enseigne de vaisseau que le 8 janvier 1817 selon l’état général de la marine de 1818. Son portrait aurait dès lors été peint en 1816.

Ces précisions, issues d'échanges très fructueux (je remercie les internautes) et de recherches complémentaires, sont intégrées dans un erratum à notre livre, toujours en vente, "Les marins français. 1789 - 1830. Étude du corps social et de ses uniformes", erratum qui peut être téléchargé sur https://www.marins-traditions.fr/les-uniformes-des-officiers-de-la-marine-1830-1940-copy

32 vues0 commentaire