Rechercher
  • marine-maubec

Un chef de division de la fin de l'Ancien Régime

Voici un joli portrait que nous a aimablement communiqué M. Philippe de Bouglon pour confirmer l'identification du personnage représenté. Plusieurs noms possibles nous étaient proposés.

Les indices dont nous disposions étaient les suivants : il s'agit d'un officier de vaisseau sous l'Ancien Régime (bouton à l'ancre, broderie de grand uniforme de 1764) ; notre homme est chef de division (une étoile d'argent sur les épaulettes à grosses torsades de capitaine de vaisseau) ; il est chevalier de l'Ordre royal de Saint-Louis.

Rappelons que le grade de chef de division a été créé par l'ordonnance du 1er janvier 1786, mais qu'il existait déjà en théorie sous l'appellation de brigadier des armées navales depuis le 26 décembre 1782. Toutefois, à la lecture des différentes éditions de l' "Etat de la marine", il semble que les premiers chefs de division n'aient été nommés qu'à partir du 1er mai 1786.

Après recherche dans l' "Etat de la marine" et dans le "Dictionnaire des décorés de l'Orde royal et militaire de Saint-Louis nommés au titre de la marine et des colonies" de Jean-Jacques Lartigue, nous pouvons affirmer que, parmi les noms proposés, il ne peut s'agir que du comte Henri Pantaléon de Macnémara, major de la 8e escadre à Rochefort de 1787 à 1789. Macnémara est chef de division depuis le 1er mai 1786 (il était précédemment capitaine de vaisseau depuis le 4 avril 1780, et encore avant lieutenant de vaisseau depuis mars 1772) et chevalier de l'ordre royal de Saint-Louis depuis le 28 juin 1775.

Macnémara est né le 11 janvier 1743 et est entré aux gardes-marine en avril 1756. Il périra assassiné le 4 novembre 1790 lors de troubles révolutionnaires à Port-Louis (île de France / Maurice). Sa biographie figure dans le "Dictionnaire des marins français" d'Etienne Taillemite.

Nous émettons deux observations relatives à l'uniforme porté par cet officier.

D'abord, nous constatons que son habit est du modèle 1764, alors que sa promotion est postérieure à la sortie de l'ordonnance du 1er janvier 1786. Il paraît assez fréquent que les officiers continuent de porter l'ancien uniforme après la date de l'adoption du nouveau, car assez rares sont de fait les portraits de capitaine de vaisseau, chef de division, chef d'escadre et lieutenant-général des armées navales en uniforme de 1786.

Enfin, la veste portée ne semble pas réglementaire à deux titres. D'abord, elle est blanche : si son port n'est pas réglementaire, il semble toutefois courant en été au vu des plusieurs portraits. Mais surtout, la veste n'est ici bordée d'aucun galon, ce qui est étonnant.

Ce très beau portrait constitue un beau témoignage de ce qu'étaient les officiers supérieurs de la marine royale avant la Révolution. Merci à M. de Bouglon de nous l'avoir communiqué.

43 vues0 commentaire