top of page
Rechercher
  • marine-maubec

Un musicien à bord de la Belle Poule du Prince de Joinville (1840 - 1843)

Ce portrait nous a été aimablement communiqué par M. Jean-Daniel Souchon. Il a été peint en 1843 par Jules Salles. Il nous présente un musicien embarqué à bord de la Belle Poule commandée par le prince de Joinville.

D'après les informations que M. Souchon a recueillies, le Prince de Joinville avait embarqué une équipe de vingt-cinq musiciens pour le voyage à Sainte-Hélène.

Si le peintre était exact dans ce portrait, cela comblerait une importante lacune dans la description de l'uniforme de ces marins gagés qui n'avaient pas le statut de militaires mais faisaient partie des divisions d'équipages de ligne de Brest et de Toulon, voire embarquaient pour certaines missions particulières, comme celle du rapatriement des cendres de l'Empereur.

En effet, les textes réglementaires sont peu loquaces sur ces musiciens et sur leur uniforme et, jusqu'alors, nous ne connaissions guère que le dessin qu'en donnent Valmont et Goichon que le lecteur trouvera plus bas, pour une période antérieure.

Le premier texte qui évoque des musiciens dans la marine est l'ordonnance du Roi du 28 mai 1829 qui organise les équipages de ligne. Jusqu'en 1835 au moins, les musiciens portent l'habit, ce dernier figurant dans la circulaire du 24 décembre de cette année. Cependant, l'ordonnance du 11 octobre 1836 ne fixe plus la liste des effet d'habillement des musiciens. Aussi, avant la communication de ce tableau, l'incertitude prévalait totalement au sujet de l'uniforme de ces derniers. Avec cette peinture, il semble que nous puissions dire qu'entre 1835 et 1840 le ministre avait pris la décision de ne conserver l'habit qu'aux seuls chefs de musique des division (grade assimilé à celui de maître), car notre musicien porte de toute évidence un paletot, et de donner aux musiciens la casquette, quel que soit leur grade, décision en cohérence avec ce qui s'appliquera beaucoup plus tard aux marins des ports. Notons également que le collet du paletot ne comporte plus la patte rouge, ce qui donnerait une indication sur la disparition de cet attribut, avant 1843. Pour le paletot aussi, les informations avant 1858 sont peu nombreuses...

Autre caractéristique remarquable, la casquette de ce musicien est ceinte d'un ruban légendé Belle Poule, ce qui est original. Aux dires du propriétaire de ce tableau, puisque ce dernier est très détaillé, par exemple s'agissant de la trompette dont le nom du fabricant est presque lisible, il est difficilement concevable que le peintre ait pris des libertés par rapport à son sujet. Soit... Considérons donc que cette pratique a eu cours à bord du bâtiment – qui l'aurait reproché au Prince ? – auquel la tradition attribue la paternité du ruban, bien que le chapeau des gabiers de ports et des gardiens de vaisseaux en ait vraisemblablement été orné dès 1831.

Sous le ruban légendé paraît enfin se trouver un galon, dont nous ne connaissons pas la signification, car le règlement postérieur de 1858 ne donne un galon à sa casquette qu'au premier chef de musique...

Les deux représentations anciennes de musiciens à la fin du règne de Charles X sont les suivantes. A gauche, Valmont nous présente un chef de musique en 1829 qui se distinguerait par des épaulettes – il paraît douteux qu'il en ait eu, car cet effet n'apparaît pas sur la liste de 1829 – et par le double galon or "cul-de-dé" au collet et aux parements, surmontés de deux galons or à lézardes. A droite, Goichon nous décrit un musicien "de base" en habit, comme il se devait alors, mais avec une épée, alors que seul le chef de musique en possédait une. Un galon or "cul-de-dé" orne le collet – celui-ci comporte la patte rouge, comme il est d'usage à l'époque pour tout personnel non officier – et les parements, symbole des musiciens d'alors.

Comme quoi, il reste encore bien des choses à découvrir au sujet de ces uniformes spécifiques...


97 vues1 commentaire

1 Comment


Daniel Studer
Daniel Studer
Oct 02, 2023

Le sujet du portrait de Salles est "... M… ex musicien du prince de Joinville sur la frégate la Belle Poule". On ne sait pas si « M » est la première lettre d'un nom de famille, ou simplement l'abréviation de " Monsieur " ...


https://www.mutualart.com/Artwork/Portrait-de-M--ex-musicien-du-prince-de-/B91582E272BD12E6A8FA0340043EECB8


Le rôle d'équipage de la Belle Poule pour 1840 a été conservé. Il y a un total de 36 musiciens sur la liste. Le rôle s'applique à toute l'année de 1840 et tous les musiciens mentionnés n'ont peut-être pas participé au voyage à Sainte-Hélène. 25 musiciens semblent un nombre plausible.


https://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/sites/default/files/2019-12/SHDMC_INV_1C2-Belle-Poule-1840_V2009.pdf


Ce qui est intéressant, c’est qu'il semble avoir trois catégories de musiciens :


1. Musicien : 3

2. Musicien embarqué comme apprenti de Marine : 24

3. Apprenti-marin…



Like
Post: Blog2 Post
bottom of page