top of page
Rechercher
  • marine-maubec

1959. La demi-brigade de fusiliers marins à la frontière algéro-marocaine

Nous présentons aujourd'hui un sujet plus récent qu'à l'habitude. Voici des fusiliers marins qui défilent à Nemours à l'occasion du 14 juillet 1959.

Ces photos nous ont été confiées par un matelot ayant fait son service militaire en Algérie, au sein de la demi-brigade de fusiliers marins.

Cette unité a été créée le 13 avril 1956 à partir de réservistes encadrés par des gradés d'active de toutes spécialités, avec un fort noyau de fusiliers marins. Son premier commandant fut le capitaine de vaisseau Ponchardier. Elle fut implantée à Nemours, à proximité de la frontière-marocaine, une région jusqu'alors tenue par la 5e division blindée. La première mission de l'unité était la sécurisation de la ville et du port de Nemours ; la deuxième était d'assurer l'étanchéité de la frontière – à cette fin, la DBFM y installa un barrage de clôtures électrifiées – ; la troisième était d'assurer la sécurité des routes principales et de la voie de chemin de fer qui desservait le Maroc depuis Nemours.

A l'été 1959, la tâche de pacification portait ses fruits et l'unité avait vu en conséquence ses effectifs fondre quelque peu. Sur place, il ne restait plus qu'un bataillon.

C'est sans doute une de ses compagnies qui défile ici le 14 juillet 1959. Les hommes sont en treillis, mais comme lors des engagements terrestres des guerres précédentes, les coiffures de tradition, hors combat et exercice, étaient de mise, bonnet et casquette. Au combat ou lors des exercices, ces deux coiffures étaient en principe remplacées par le casque ou le chapeau de brousse.

Les hommes de la DBFM portaient la fourragère à la couleur du ruban de la Légion d'honneur depuis le 11 janvier 1957, date à laquelle la marine avait considéré que l'unité faisait partie de la filiation de la brigade des fusiliers marins de la Première Guerre mondiale et du 1er régiment de fusiliers marins de la Seconde.

A partir du 1er décembre 1956, la DBFM entretint des pelotons à cheval pour ses patrouilles. L'unité disposait par ailleurs de half-tracks.

Conformément à une circulaire de décembre 1957, les hommes des formations à terre disposaient de leur trousseau de marin et d'une collection d'effets de l'armée de terre. Ainsi, en tenue de repos ou de sortie pour sortir de leur quartier, les marins de la DBFM revêtaient les uniformes en service dans l'armée de terre, comme le montrent les photos ci-dessous (tenue d'hiver avec le pantalon et le blouson de drap kaki ; tenue d'été avec le pantalon et la chemise de toile kaki clair), à l'exception de la coiffure, toujours "marine". Autre particularité, les ancres croisées écarlates sur la manche gauche signifiaient l'appartenance à l'institution.

En revanche, à l'école des fusiliers marins du cap Matifou – le Centre Sirocco fut le centre d'incorporation et de formation initiale des marins à partir de 1943 – ou lors des retours en métropole, l'uniforme bleu ou blanc redevenait la norme.

Après six ans de combats ininterrompus et un travail constant de pacification, la demi-brigade de fusiliers marins fut dissoute en mars 1962. Elle mit hors de combat plus de 3000 rebelles armés, et récupéra un impressionnant stock d’armes. Mais 187 des siens sont morts au champ d’honneur et elle compta 254 blessés au cours de ses six années d'existence.

1 212 vues1 commentaire

1 comentário


Serge Delwasse
Serge Delwasse
03 de abr.

Bonjour. La première photo me donne une envie : j’aimerais bien tout savoir sur les guêtres : à quoi elles servent ? Quand les porte t on ? Pourquoi et quand l’armée de terre les a t elle supprimées ? Y a t il diffferents modèles ? Etc.

Curtir
Post: Blog2 Post
bottom of page