top of page
Rechercher
  • marine-maubec

Les canonniers à bord du Richelieu en 1942

Voici plusieurs photos qui illustrent la variété des calibres de pièces d'artillerie mises en oeuvre à bord des cuirassés du type Richelieu avant la refonte aux Etats-Unis, en 1943, ou l'achèvement en France après la guerre (cas du Jean Bart), ainsi que la tenue des servants de ces canons.

Le Richelieu dispose alors de mitrailleuses de 13,2 mm réparties en affûts de quatre, de pièces de 37 mm, avec deux canons par affût – ces pièces sont utilisées contre avions –, d'une artillerie secondaire de 100 mm, avec deux canons par affût, et de 152 mm, avec trois canons par tourelle. Son artillerie principale est composée de huit pièces de 380 mm réparties en deux tourelles. Une bordée de 380, c'était 7 200 kilos d'acier envoyés à 41 km toutes les 50 secondes).

Mais les cuirassés français ont souvent souffert des multiples calibres de leur artillerie, ici en nombre cependant plutôt raisonnable...

Les marins ci-dessous arment des pièces de 37 mm. Ils étaient particulièrement exposés aux attaques aériennes dont ils cherchaient à défendre le bâtiment. Les canons de 37 mm ne devaient pas être de grande qualité ou leur approvisionnement promettait d'être difficile car ils furent remplacés aux Etats-Unis par des pièces de 40 mm (il y en avait 56 !).

Les servants des pièces de 100 mm assurent le chargement à la main.

Sur les trois photographies ci-dessus, les marins sont en tenue de travail avec pantalon de toile rousse et chemise en coton tricoté (le rayé). Ils sont coiffés du casque d'acier modèle 1939 à la forme si particulière permettant le port du masque à gaz AFM 34 (visière avant évasée et dispositif d'accrochage de la cartouche du masque à l'arrière, le tuyau annelé cheminant au-dessus). Sous ce casque est porté le bonnet para souffle modèle 1925, confectionné en deux parties en toile grise de Laval.

Dans la scène ci-dessus, les marins assurent le chargement des soutes de 380 mm, ces dernières étant alimentées au combat par un dispositif de noria et de monte-charge depuis la soute. Ces trois matelots sont en tenue n°61 telle que définie en 1928 : chemise en molleton bleu recouverte des effets en toile rousse.

Ces photos sont issues d'un fascicule de propagande de 1942.


94 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2 Post
bottom of page