top of page
Rechercher
  • marine-maubec

Un enseigne de vaisseau en grand uniforme de 1819

Parmi les collections du Musée national de la Marine se trouve cet intéressant portrait d'un enseigne de vaisseau (n° d'inventaire 9 OA 90, officier anonyme, décrit comme celui d'un enseigne de vaisseau, époque Louis-Philippe). Il est représenté dans son grand uniforme tel que décrit, très imparfaitement, par l'ordonnance du Roi du 31 octobre 1819. Grand uniforme, car cet officier est vêtu d'un habit à coupe droite et à collet brodé. 1819 car nous pouvons distinguer des boutons légèrement bombés, quasi-plats, portant l'ancre, en principe étalinguée.

Ce qui nous intéresse ici tout particulièrement, c'est précisément la broderie du collet, car le dessin des broderies est introuvable ou, en tout cas, il n'est pas joint à l'ordonnance que nous avons consultée. Or, cette broderie ne comporte que l'ancre et le câble, en plus de la baguette dentelée. Nous pensions que celle-ci comportait également des feuilles d'acanthe, imaginant la similitude avec ce qui serait mis en vigueur par l'ordonnance royale du 20 juillet 1837. Dans ce dernier texte, outre par les épaulettes, l'enseigne et le lieutenant de vaisseau se distinguaient par l'absence de feuilles d'acanthe aux parements pour le premier, alors que la broderie de collet en comportait pour les deux grades.

Si ce portrait décrit la réalité, alors les enseignes n'auraient eu que l'ancre et le câble au collet en 1819. Et l'apparition des feuilles d'acanthe au collet aurait été le résultat d'une demande des officiers de ce grade, comme celle formulée tardivement le 25 mai 1837 par l'enseigne de vaisseau Conrad-Christophe Delacour embarqué sur le Suffren (voir notre ouvrage Les marins français. 1789 - 1830. Etude du corps social et de ses uniformes).

Cet enseigne de vaisseau se distingue par ailleurs par une épaulette à gauche et une contre-épaulette à droite. Celles-ci n'ont pas le corps brodé, ce qui est conforme, et ne sont pas barrées par un fil de soie ponceau, ce qui permettrait de dater ce portrait entre 1822 et 1837. La décision du Roi du 10 juillet 1821 relative aux épaulettes dans l'armée l'a en effet fait disparaître pour les lieutenants au 1er janvier 1822, et nous pouvons supposer que la publication de ce texte dans les annales maritimes a pour objet d'étendre cette mesure aux troupes de la marine, mais aussi aux officiers de vaisseau...

70 vues2 commentaires

2 Σχόλια


Daniel Studer
Daniel Studer
21 Απρ 2023

Un autre, promu enseigne de vaisseau le 29 octobre 1826:


https://www.arkeotopia.org/fr/missions/chercher/382-mission-aventure-intro.html

http://ecole.nav.traditions.free.fr/officiers_dubouzet_joseph.htm

Μου αρέσει

Daniel Studer
Daniel Studer
20 Απρ 2023

Voici un autre portrait d'un officier de marine, apparemment du même grade et de la même époque (je ne peux rien dire sur l'identification de la personne. S'il s'agit bien de Le Prédour de Kerambriec, le portrait devrait dater de la première moitié de 1822, puisqu'il est promu lieutenant de vaisseau le 17 août 1822) :


https://impereur.blogspot.com/2020/04/fortun-joseph-hyacinthe-le-prdour-de.html


Pour comparaison, le portrait de ce qui me semble être un enseigne de vaisseau en uniforme selon l'ordonnance du 20 juillet 1837 :


https://www.dupontassocies.com/acheter-vendre-encheres/31/20576/ecole-du-xixe-siecle-portrait-de-jeune-officier-huile-sur-to?backScrollTo=11995

Μου αρέσει
Post: Blog2 Post
bottom of page