Rechercher
  • marine-maubec

Une escale du torpilleur Téméraire à Göteborg en 1920

Après la Première Guerre mondiale, le Téméraire, torpilleur destiné à l'Argentine mais finalement admis au service actif sous les couleurs françaises en 1914, est affecté à la division navale de la Baltique. Il est alors commandé par le capitaine de corvette Emmanuel Ollive. Une escale est effectuée à Göteborg, ce qui est l'occasion de quelques clichés que nous allons brièvement commenter.


Pour le poste de manoeuvre, des matelots et quartiers-maîtres, sous l'autorité d'un second maître, semblent être dans plusieurs tenues telles que définies en 1910, avec ou sans col bleu, tenues qui comportent cependant les effets en toile de fatigue par dessus les effets en laine.

Quelques instants de détente sur une des plages du Téméraire... Les épouses de certains officiers ont manifestement pu rallier pour l'escale – ce devait être moins facile à l'époque –, à moins qu'il s'agisse d'invitées accompagnées de leurs enfants. Le commandant est ici entouré de certains de ses officiers. Ils sont en tenue n°3 telle que définie en 1902. Un des effets qui la composent a cependant évolué : le veston est à coupe croisée et col ouvert depuis le 18 avril 1918, suivant ainsi la mode apportée par les marins britanniques.

Sur cette photo, on peut constater que la Grande Guerre ne s'est pas achevée depuis bien longtemps : le lieutenant de vaisseau, assis, porte trois galons de taille réduite, pratique autorisée depuis le 18 mai 1917 ; il porte quelques chevrons de présence au front ou sur un théâtre d'opérations sur la manche gauche ; l'enseigne de vaisseau de droite (à moins qu'il s'agisse d'un ingénieur mécanicien de 2e classe) porte un modèle de veston non réglementaire, avec une poche de poitrine à rabat, ce qui est fréquent. On note également que les officiers portent des barrettes de décorations, ce qui n'est permis que depuis le 21 mai 1917.

Nous retrouverons Emmanuel Ollive dans de futurs posts, grâce à l'aimable mise à disposition de photographies de M. Bernard Ollive, l'un de ses petits-enfants.


3 vues0 commentaire